Les 7 plus grands mythes sur la nutrition : forme physique et puissance


Les sociétés productrices de produits alimentaires diront n’importe quoi juste pour vendre leurs produits. Pourquoi les croit-on ? Parce que la désinformation et les mythes sont bien plus séduisants que la vérité.

Les plus grands mythes sur la nutrition

Voici quelques-uns des plus grands mythes de la nutrition traditionnelle et du fitness :

1. Les régimes riches en protéines sont mauvais pour la santé

Parmi les gens ordinaires et même dans les cercles de fitness et de musculation, un mythe circule selon lequel un régime riche en protéines peut provoquer des maladies rénales, la formation de calculs rénaux et l’ostéoporose. Des études récentes ont toutefois montré qu’à long terme, un régime riche en protéines a un effet presque inverse sur les personnes en bonne santé.

À long terme, les protéines sont étroitement associées à une meilleure santé osseuse et à un risque plus faible d’ostéoporose (1,2). De plus, une teneur élevée en protéines ne semble pas être associée aux calculs rénaux et aux maladies rénales chez les personnes par ailleurs en bonne santé (3,4).

L’hypertension artérielle et le diabète sont deux des principaux facteurs de maladie rénale. Une consommation riche en protéines contribue à améliorer ces deux conditions. (5).

2. Vous devriez obtenir 50 à 60 % de vos calories provenant des glucides

Une croyance générale est que l’alimentation humaine devrait être composée de 50 à 60 % de glucides. La plupart de ces calories proviendraient des céréales et des sucres. Bien que ce type de régime puisse bien fonctionner pour les personnes naturellement minces et maigres ainsi que pour les athlètes d’endurance comme les marathoniens, les cyclistes et les nageurs, il est très probable qu’il ne fonctionnerait pas pour les gens ordinaires et les personnes obèses.

En fait, pour les personnes obèses ou diabétiques, cette quantité de glucides au quotidien est carrément dangereuse.

Des études montrent que les régimes riches en protéines et en graisses constituent une bien meilleure solution en matière de perte de poids, de résistance à l’insuline et de contrôle de la glycémie.

3. Les aliments faibles en gras sont bons pour vous

Extrayez les graisses d’un certain aliment – ​​vous en avez également éliminé le goût. Oui, les aliments sans matières grasses n’ont aucun goût. Pour compenser le manque de graisses, les fabricants de produits alimentaires ajoutent des substances comme du sucre, du sirop de maïs ou des édulcorants artificiels comme l’aspartame.

Vous savez probablement que consommer de grandes quantités de sucre est malsain, mais ce que vous ne saviez pas, c’est que les édulcorants artificiels peuvent être encore plus dangereux pour la santé.

Les édulcorants comme l’aspartame sont connus pour être liés à des problèmes de santé tels que : maux de tête, dépression, cancers, syndrome métabolique, diabète, etc. Les édulcorants artificiels ont également tendance à augmenter la faim. Cela signifie que vous devez les éviter autant que possible.

4. Manger du gras vous fera grossir

La croyance dominante est que manger des graisses fait grossir, du simple fait que les graisses contiennent plus du double de calories que les protéines ou les glucides (9 calories par gramme).

Ce n’est tout simplement pas vrai ! En fait, les régimes riches en graisses et en protéines, mais pauvres en glucides entraînent une perte de graisse beaucoup plus importante que les régimes faibles en graisses.

Même si les graisses contiennent plus de calories que les glucides, une quantité modeste de graisses peut vous aider à vous sentir rassasié avec de plus petites quantités de nourriture. Les graisses contribuent également à l’absorption de certaines vitamines et phytonutriments, ainsi qu’à la production d’hormones vitales dans l’organisme. Lisez ici pourquoi un régime pauvre en glucides est une meilleure option qu’un régime faible en gras.

5. Les céréales sont l’aliment santé par excellence

Un mythe veut que les céréales soient des aliments santé et que les « aliments à grains entiers » soient présentés comme des aliments santé ultimes. Les céréales sont assez pauvres en nutriments par rapport à d’autres vrais aliments comme les légumes. Ils sont également riches en une substance appelée acide phytique, indigeste par la plupart des mammifères, y compris les humains. L’acide phytique empêche également l’absorption de minéraux importants. (6).

Un autre problème avec les céréales est qu’elles contiennent une teneur élevée en protéine appelée gluten. Le gluten n’est pas forcément mauvais pour tout le monde, mais une grande partie de la population humaine y est sensible. Le gluten peut provoquer des problèmes au niveau de votre système digestif, comme des ballonnements, de la diarrhée, un manque d’énergie, etc.

C’est pourquoi une bonne pratique consiste à remplacer une grande partie de vos aliments céréaliers par des légumes riches en fibres, en vitamines et en minéraux.

6. Les œufs peuvent provoquer un taux de cholestérol élevé et des maladies cardiaques

Jusqu’à il y a quelques années, les œufs et surtout les jaunes d’œufs étaient présentés comme le pire ennemi du cœur en raison de leur teneur élevée en cholestérol. Certaines études récentes ont prouvé que le cholestérol que vous consommez n’a pas d’impact majeur sur le taux de cholestérol sanguin. En revanche, les œufs augmentent principalement le « bon » cholestérol (ou HDL si vous préférez) (7).

Les œufs sont une excellente source de protéines, de minéraux, de vitamines et d’antioxydants qui peuvent réellement aider à protéger votre cœur et votre système cardiovasculaire contre les maladies.

7. Mangez 5 à 6 petits repas par jour pour accélérer le métabolisme et perdre de la graisse

De tous les mythes précédents, celui-ci est le plus répandu dans les cercles du fitness et de la musculation. Manger 5, 6 ou même 7 repas par jour n’est pas rare chez les haltérophiles. L’affirmation selon laquelle manger augmente votre taux métabolique n’est pas fausse, mais c’est la quantité totale de calories qui détermine l’énergie utilisée pour digérer les aliments, et non le nombre de repas, comme beaucoup le croient.

Il n’y a aucune différence dans la dépense énergétique entre ceux qui prennent de nombreux repas tout au long de la journée et ceux qui prennent 2 à 3 repas plus copieux. Cela a été confirmé par de nombreuses études contrôlées (8). En fait, manger plusieurs repas tout au long de la journée peut entraîner des fringales et une sensation de faim. Il n’est pas naturel que le corps humain soit constamment rassasié et suralimenté. Vous ne le croyez peut-être pas, mais il est plus sain d’avoir faim de temps en temps.

Il existe un processus appelé autophagocytose qui se déroule dans notre corps pendant les périodes de jeûne. Cela implique la dégradation cellulaire de composants cellulaires inutiles ou dysfonctionnels, ce qui assure la survie cellulaire pendant la famine en maintenant les niveaux d’énergie cellulaire. Vous pouvez considérer cela comme le nettoyage des déchets de votre corps.

Et lorsqu’il s’agit de perdre du poids, des protocoles comme jeûne intermittent vous apportera de meilleurs résultats que la méthode « 6 repas par jour ».

Sources:
(1) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21102327
(2) http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1359/jbmr.2000.15.12.2504/full
(3) http://www.jissn.com/content/1/1/45
(4) http://www.nutritionandmetabolism.com/content/2/1/25
(5) http://ajcn.nutrition.org/content/78/4/734.short
(6) http://en.wikipedia.org/wiki/Phytic_acid
(7) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19369056
(8)



#Les #grands #mythes #sur #nutrition #forme #physique #puissance

Source link

Code promo SCHOOL20

Laisser un commentaire