Trump se défend devant la Cour suprême, affirmant qu’il a appelé…


Déposant tard dans la journée pour respecter la date limite du 18 janvier 2024, l’ancien président Donald Trump a soumis un mémoire à la Cour suprême des États-Unis demandant aux juges d’annuler la décision de la Cour suprême du Colorado de l’exclure du scrutin primaire de cet État.

Norma Anderson, républicaine et ancienne législatrice de l’État du Colorado, et plusieurs autres plaignants avaient intenté une action en septembre 2023 pour empêcher Trump de participer aux élections de 2024 dans le Colorado. Les plaignants ont fait valoir que Trump avait été disqualifié de toute fonction publique parce que ses « efforts pour renverser les élections de 2020 et interférer avec le transfert pacifique du pouvoir faisaient partie d’une insurrection contre la Constitution des États-Unis ». Leurs arguments étaient basés sur l’article 3 du 14e amendement de la Constitution, qui interdit aux insurgés d’exercer des fonctions publiques.

La Cour suprême du Colorado a rendu sa décision dans l’affaire, initialement connue sous le nom d’Anderson c. Griswold, le 19 décembre. Les juges du Colorado ont conclu que Trump avait été disqualifié du poste de président en raison de ses actions du 6 janvier 2021. et ils ont confirmé la conclusion du tribunal de première instance selon laquelle Trump s’était engagé dans une insurrection.

« Ces actions constituent une participation manifeste, volontaire et directe à l’insurrection », a écrit la majorité du tribunal.

Trump est également confronté à plus d’une douzaine de contestations juridiques similaires concernant sa candidature dans d’autres États, sur la base de l’article 3. De nombreux plaignants, juristes et spécialistes du droit constitutionnel affirment que Trump est disqualifié pour exercer ses fonctions parce qu’il « s’est engagé dans une insurrection ou une rébellion » contre l’État. États-Unis sur la base de ses actions avant, pendant et après l’attaque du Capitole américain le 6 janvier 2021.

Trump a fait appel de la décision de la Cour suprême du Colorado auprès de la Cour suprême des États-Unis, et les juges ont accepté d’examiner l’affaire. Dans son mémoire du 18 janvier, Trump a présenté une série d’arguments expliquant pourquoi la décision du Colorado était erronée. Le principal d’entre eux : il a affirmé que l’article 3 du 14e amendement ne s’appliquait pas à la présidence et qu’il ne s’était pas engagé dans une insurrection contre les États-Unis.

Décrivant ses actions du 6 janvier 2021, le mémoire de Trump déclare : « Appeler à la paix, au patriotisme, au respect de la loi et de l’ordre, et ordonner au secrétaire à la Défense de faire ce qui doit être fait pour protéger le peuple américain n’est en aucun cas une incitation ou participer à une « insurrection ».

Le président Donald Trump s'exprime lors du rassemblement « Stop The Steal », le 6 janvier 2021, à Washington.  <a href="https://www.gettyimages.com/detail/news-photo/president-donald-trump-speaks-at-the-stop-the-steal-rally-news-photo/1294908917?adppopup=true" rel ="pas de suivi, pas d'ouverture" cible="_vide" données-ylk="slk:Tasos Katopodis/Getty Images;elm:context_link;itc:0;sec:content-canvas" classe="lien ">Tasos Katopodis/Getty Images</a> » data-src= »https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/vOfwQQliEn9NCe3u6wefdg–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTY0MA–/https://media.zenfs.com/en/the_conversation_us_articles_815/17eb598c8feb649b07ae44b32bd9a188″/><noscript><img alt=Tasos Katopodis/Getty Images » src= »https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/vOfwQQliEn9NCe3u6wefdg–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTY0MA–/https://media.zenfs.com/en/the_conversation_us_articles_815/17eb598c8feb649b07ae44b32bd9a188″ class= »caas-img »/>

Officiers et insurrections

Le mémoire de Trump attaque « l’interprétation douteuse de l’article 3 du quatorzième amendement » donnée par la Cour suprême du Colorado. Il fait valoir que l’article 3 ne s’applique pas à la présidence parce que le « président n’est pas un « officier des États-Unis ». » Trump souligne d’autres parties de la Constitution qui utilisent le terme « officier » et il soutient qu’un « officier » des États-Unis » inclut uniquement les personnes nommées à des fins politiques, telles que le secrétaire d’État, et non toute personne élue à un poste.

Cet argument a du mérite, mais Trump confond l’intention initiale des rédacteurs, lorsque la Constitution a été initialement ratifiée, avec l’intention du 39e Congrès qui a rédigé le 14e amendement des décennies après la fondation de la nation. Plusieurs spécialistes du droit constitutionnel affirment que le 39e Congrès avait effectivement l’intention que l’article 3 s’applique à la présidence parce que les archives du Congrès mettent en évidence les commentaires spécifiques des sénateurs et des représentants selon lesquels cela devrait être le cas.

La question de savoir si l’article 3 s’applique à la présidence est probablement la première question à laquelle la Cour suprême devra répondre. Bien que Trump affirme également qu’il ne s’est pas engagé dans une insurrection, les juges ne se demanderont probablement pas s’il l’a fait ou non, car le tribunal ne modifie généralement pas les conclusions factuelles des tribunaux de première instance.

Mais les juges devront peut-être examiner les autres questions juridiques soulevées par Trump. Trump fait valoir que même si l’article 3 s’applique à la présidence, il ne peut pas être appliqué parce que le Congrès n’a pas adopté de loi pour l’appliquer. Mais en tant que spécialiste du droit constitutionnel, je crois que son argument le plus fort et la question juridique la plus facile à répondre aux juges tournent vers le texte brut de l’article 3, qui stipule qu’il interdit aux insurgés et aux rebelles d’exercer leurs fonctions. Il ne dit rien sur la possibilité de se présenter aux élections.

Des balles, pas des bulletins de vote

Le 14e amendement, ratifié en 1868, est considéré comme un « amendement de reconstruction », au même titre que les 13e et 15e amendements. Le Congrès et les législatures des États ont ratifié les amendements à la reconstruction dans les années qui ont immédiatement suivi la fin de la guerre civile. Dans ce contexte, les rédacteurs des amendements de reconstruction cherchaient, entre autres choses, à empêcher les confédérés d’exercer des fonctions publiques après leur rébellion infructueuse contre l’Union.

L’article 3 du 14e amendement dit :

« Nul ne peut être sénateur ou représentant au Congrès, ou électeur du président ou du vice-président, ni occuper une fonction civile ou militaire, aux États-Unis ou dans tout autre État, qui, après avoir prêté serment au préalable, en tant que membre du Congrès, ou en tant qu’officier des États-Unis, ou en tant que membre de toute législature d’État, ou en tant que fonctionnaire exécutif ou judiciaire d’un État, pour soutenir la Constitution des États-Unis, se sera engagé dans une insurrection ou une rébellion contre le même, ou apporté aide ou réconfort à ses ennemis. Mais le Congrès peut, par un vote des deux tiers de chaque Chambre, supprimer ce handicap.

Avec 15 virgules, la signification et l’application de la section 3 peuvent dérouter de nombreux lecteurs. Le spécialiste du droit constitutionnel Mark Graber a fourni une discussion approfondie de chaque fragment de phrase et clause dans un article récent pour The Conversation. Dans son résumé de cette section du 14e amendement, il déclare : « Ces mots de l’amendement déclarent que ceux qui se tournent vers les balles lorsque les bulletins de vote ne donnent pas le résultat souhaité ne peuvent pas être considérés comme des responsables démocrates. »

Une page de l'appel de l'ancien président Donald Trump demandant à la Cour suprême des États-Unis de réexaminer la décision de la Cour suprême du Colorado.  <a href="https://newsroom.ap.org/detail/Election2024TrumpColoradoInsurrectionAmendment/f1e2b09db9de4b658048c40c6627b9cf/photo?Query=Trump%20colorado%20ballot&mediaType=photo&sortBy=arrivaldatetime:desc&dateRange=Anytime&totalCount=268&currentItemNo=5" rel ="pas de suivi, pas d'ouverture" cible="_vide" données-ylk="slk:AP Photo/Jon Elswick;elm:context_link;itc:0;sec:content-canvas" classe="lien ">Photo AP/Jon Elswick</a> » data-src= »https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/KRRtrnilKyBKKo57Z10DdA–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTY0MA–/https://media.zenfs.com/en/the_conversation_us_articles_815/24465797f966027d7ef396a11c97205a »/><noscript><img alt=Photo AP/Jon Elswick » src= »https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/KRRtrnilKyBKKo57Z10DdA–/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjt3PTk2MDtoPTY0MA–/https://media.zenfs.com/en/the_conversation_us_articles_815/24465797f966027d7ef396a11c97205a » class= »caas-img »/>

Régler les instables

La Cour suprême a accepté d’examiner l’appel de Trump début janvier 2024, car la question de savoir si Trump est constitutionnellement qualifié pour exercer à nouveau la fonction de président des États-Unis est une question cruciale dans un domaine du droit qui n’est pas résolu. Bien que la Cour suprême ait examiné certains cas généraux d’insurrection et de rébellion après la guerre civile, elle n’a jamais été confrontée à cette question spécifique concernant l’article 3.

La Cour suprême examinera si la Cour suprême du Colorado a commis une erreur en ordonnant l’exclusion de l’ancien président du scrutin primaire présidentiel de 2024.

Mais cette question spécifique soulève également un certain nombre de questions juridiques connexes sur lesquelles la Cour suprême pourrait également trancher, allant de la question de savoir si l’article 3 s’applique à la présidence ou si l’article 3 interdit uniquement à un candidat d’exercer un mandat au lieu de figurer sur un bulletin de vote. Ensuite, bien sûr, il y a la question factuelle de savoir si l’ancien président « s’est engagé dans une insurrection ou une rébellion » contre les États-Unis.

La Cour suprême entendra les plaidoiries dans l’affaire Trump c. Anderson le 8 février 2024.

Cet article est republié par The Conversation, une organisation de presse indépendante à but non lucratif qui vous présente des faits et des analyses pour vous aider à donner un sens à notre monde complexe.

Il a été écrit par : Wayne Unger, Université Quinnipiac.

En savoir plus:

Aucun conflit.

Code promo SCHOOL20

Laisser un commentaire

%d