Corée du Nord : des images rares montrent des adolescents condamnés aux travaux forcés…


Des images rares obtenues par la BBC coréenne montrent la Corée du Nord condamnant publiquement deux adolescents à 12 ans de travaux forcés pour avoir regardé des drames K.

Les images, qui semblent avoir été tournées en 2022, montrent deux garçons de 16 ans menottés devant des centaines d’étudiants dans un stade extérieur.

On y voit également des policiers en uniforme réprimandant les garçons pour ne pas avoir « réfléchi profondément à leurs erreurs ».

Les divertissements sud-coréens, y compris la télévision, sont interdits au Nord.

Malgré cela, certains sont prêts à risquer de sévères sanctions pour accéder aux K-dramas, qui ont une énorme audience mondiale.

Des images comme celle-ci sont rares, car la Corée du Nord interdit que les photos, vidéos et autres preuves de la vie dans le pays soient divulguées au monde extérieur.

Cette vidéo a été fournie à la BBC par South and North Development (Sand), un institut de recherche qui travaille avec les transfuges du Nord.

Cela suggère que les autorités sont plus sévères face à de tels incidents. Le clip aurait été distribué en Corée du Nord à des fins d’éducation idéologique et pour avertir les citoyens de ne pas regarder des « enregistrements décadents ».

La vidéo montre un narrateur qui répète la propagande d’État. « La culture du régime fantoche pourri s’est répandue même parmi les adolescents », dit la voix, faisant apparemment référence à la Corée du Sud. « Ils n’ont que 16 ans, mais ils ont ruiné leur propre avenir », ajoute-t-il.

Les garçons ont également été nommés par les policiers et leurs adresses ont été révélées.

Dans le passé, les mineurs qui enfreignaient la loi de cette manière étaient envoyés dans des camps de travail pour jeunes plutôt que derrière les barreaux, et la peine était généralement inférieure à cinq ans.

En 2020, cependant, Pyongyang a promulgué une loi rendant le visionnage ou la distribution de divertissements sud-coréens passible de la peine de mort.

Un transfuge avait précédemment déclaré à la BBC qu’il avait été forcé de regarder un homme de 22 ans abattu. Il a ajouté que l’homme était accusé d’écouter de la musique sud-coréenne et d’avoir partagé des films du Sud avec son ami.

Le PDG de Sand, Choi Kyong-hui, a déclaré que Pyongyang considérait la propagation des K-dramas et de la K-pop comme un danger pour son idéologie.

« L’admiration pour la société sud-coréenne peut bientôt conduire à un affaiblissement du système… Cela va à l’encontre de l’idéologie monolithique qui fait que les Nord-Coréens vénèrent la famille Kim », a-t-elle déclaré.

Les Nord-Coréens ont commencé à goûter au divertissement sud-coréen dans les années 2000, pendant les années de la « politique du soleil » du Sud, qui consistait à offrir une aide économique et humanitaire inconditionnelle au Nord.

Séoul a mis fin à cette politique en 2010, estimant que l’aide n’atteignait pas les Nord-Coréens ordinaires auxquels elle était destinée et qu’elle n’avait entraîné aucun « changement positif » dans le comportement de Pyongyang.

Mais le divertissement sud-coréen a continué à atteindre la Corée du Nord via la Chine.

« Si vous êtes surpris en train de regarder une série américaine, vous pouvez vous en tirer avec un pot-de-vin, mais si vous regardez une série coréenne, vous vous faites tirer dessus », a déclaré jeudi un transfuge nord-coréen à la BBC coréenne.

« Pour les Nord-Coréens, les drames coréens sont une ‘drogue’ qui les aide à oublier leur difficile réalité », a déclaré le transfuge.

« En Corée du Nord, on apprend que la Corée du Sud vit bien pire que nous, mais quand on regarde des drames sud-coréens, c’est un monde complètement différent. On dirait que les autorités nord-coréennes s’en méfient », a déclaré une autre transfuge nord-coréenne dans son émission. 20s.

Reportage supplémentaire de Kelly Ng à Singapour

Code promo SCHOOL20

Laisser un commentaire

%d