Comment une licorne française de l’assurance maladie envisage de tirer parti de l’IA pour…


L’ascension fulgurante d’Alan dans l’écosystème tech français a été à la fois figuré et littéral. Il y a quelques années, les bureaux de la startup se limitaient à un seul étage dans un immeuble de bureaux quelconque près du canal Saint-Martin à Paris.

Au fil du temps, l’entreprise a ajouté un autre étage, puis un autre étage… Désormais, l’entreprise de 550 salariés occupe également le dernier étage du bâtiment. C’est un espace commun avec une cuisine dans un coin et une belle vue sur les toits de zinc gris typiques de Paris.

Ce matin, Jean-Charles Samuelian-Werve, co-fondateur et PDG d’Alan, et Ludovic Bauplé, Chief Revenue Officer, ont tenu une conférence de presse avec un groupe de journalistes. Certains d’entre eux couvrent les startups technologiques, d’autres se concentrent sur le secteur de l’assurance. C’est un mélange inhabituel de journalistes, mais c’est parce qu’Alan est une entreprise inhabituelle.

L’entreprise a initialement démarré avec un produit d’assurance maladie complémentaire au système national de santé en France. Les entreprises françaises doivent proposer un produit d’assurance maladie à tous leurs salariés lors de leur adhésion. Aujourd’hui, plus de 500 000 personnes sont couvertes par le produit d’assurance d’Alan.

Crédits images : Romain Dillet/TechCrunch

Mais Alan est aussi une entreprise technologique qui a levé de nombreuses levées de fonds. Avec son dernier cycle de financement de série E de 183 millions d’euros (196 millions de dollars au taux de change actuel), la société a atteint une valorisation de 2,7 milliards d’euros (2,9 milliards de dollars).

Alan a intégré et automatisé un maximum de choses pour son produit phare, la partie assurance. Il s’est également étendu à d’autres services afin que son application puisse être une sorte de guichet unique pour tout ce qui concerne votre santé.

Après des années de croissance explosive, l’écosystème technologique français a ralenti avec un tarissement des financements et de nombreuses entreprises cherchant une sortie rapide – à moins que vous ne travailliez pour une entreprise d’IA générative. Alan étant l’une des plus grandes entreprises technologiques privées en France, il est intéressant de garder un œil attentif sur l’entreprise pour comprendre comment elle voit l’avenir.

Toujours 63 millions de dollars de pertes en 2023

Malgré une croissance de 39 % des revenus en 2023 par rapport à 2022, Alan perd encore pas mal d’argent. Rien qu’en 2023, l’entreprise a déclaré 63 millions de dollars de pertes (59 millions d’euros).

Mais les choses s’améliorent. 5 000 entreprises sont devenues de nouveaux clients l’année dernière. En France, Alan n’est plus la compagnie d’assurance maladie branchée des startups technologiques puisque parmi ses nouveaux clients figurent Celio, Duracell, Mantu, Clinitex ou encore les salariés de l’Assemblée nationale française.

Alan opère également en Belgique et en Espagne. Et la différence est assez nette en Espagne par exemple, où Alan cite N26, Cabify et Eventbrite comme nouveaux clients dans le pays – en d’autres termes, des entreprises technologiques avec des équipes locales en Espagne.

« La rentabilité est pour nous un sujet central. Notre objectif était d’atteindre la rentabilité en 2025 pour la France. Et nous le confirmons encore une fois », a déclaré Ludovic Bauplé. Quant aux autres marchés, l’entreprise affirme qu’elle s’attend à être globalement rentable en 2026.

« Notre trésorerie s’élève à plus de 180 millions d’euros. Notre ratio de solvabilité s’élève désormais à 450 %, ce qui est bien supérieur au minimum requis et deux fois supérieur à la moyenne du marché », a ajouté Bauplé.

Crédits images : Romain Dillet/TechCrunch

Cela signifie-t-il qu’Alan en a fini avec les tours de financement ? Cette partie est un peu floue car il est devenu beaucoup plus difficile de réaliser des tours de table à un stade avancé à des valorisations élevées. Les choses pourraient changer. Et bien sûr, il ne faut jamais dire jamais.

« Nous n’avons pas besoin de lancer un nouveau cycle de financement pour respecter le plan et maintenir ce taux de croissance jusqu’à atteindre la rentabilité », a déclaré Jean-Charles Samuelian-Werve plus tard au cours de la conversation. « Parallèlement, nous avons reçu par le passé des offres non sollicitées de la part d’investisseurs. . . nous continuerons à les examiner, mais aujourd’hui, ce n’est pas vraiment notre stratégie.

Augmenter les revenus, pas les coûts

Le chemin d’Alan vers la rentabilité consiste à accroître les résultats de l’entreprise sans nécessairement grandir en tant qu’équipe. À l’heure actuelle, Alan dispose d’une marge brute de 10 % après déduction de tous les remboursements de santé. Mais si l’on inclut toutes les dépenses, la marge nette devient négative à -17 %.

En 2024, Alan prévoit d’augmenter son chiffre d’affaires de 40 %. Mais l’entreprise ne prévoit d’embaucher que 30 personnes, soit une modeste augmentation de 5 % de ses effectifs.

En effet, le service d’Alan a été conçu pour s’adapter sans nécessairement ajouter de personnes supplémentaires. Il s’agit d’une application et d’un service en libre-service. Les remboursements sont automatisés au maximum avec la reconnaissance optique de caractères, un moteur de fraude développé en interne, des virements bancaires automatisés, etc.

Les soins préventifs dans l’application constituent également une partie importante de l’offre d’Alan, avec un accent sur huit sujets différents allant de la santé mentale aux maux de dos. Cette partie est majoritairement gérée par une bibliothèque de vidéos et 80 professionnels de santé qui s’associent à Alan pour répondre aux questions via une interface de messagerie.

Alan dit également que l’intelligence artificielle sera essentielle en matière de mise à l’échelle. Comme c’est le cas pour de nombreuses équipes de support client aujourd’hui, certaines des interactions entre les clients d’Alan et son équipe sont optimisées par l’intelligence artificielle.

Mais toutes les équipes exploitent l’intelligence artificielle d’une manière ou d’une autre. Jean-Charles Samuelian-Werve, PDG d’Alan, m’a dit que chaque employé est désormais 40 % plus productif.

Ils obtiennent des rapports de réunion beaucoup plus rapidement grâce aux transcriptions automatiques et aux résumés optimisés par LLM. Ils utilisent Dust pour interroger les assistants IA avec les données de l’équipe. Les développeurs peuvent itérer plus rapidement grâce aux copilotes IA.

Samuelian-Werve est également co-fondateur non exécutif et membre du conseil d’administration de Mistral AI, le créateur de modèles fondateurs dont on parle beaucoup en France. En fait, le bureau de Mistral AI est situé dans le même bâtiment que celui d’Alan.

S’il est plus difficile de lever des levées de fonds massives en France, l’intelligence artificielle pourrait apparaître comme une alternative aux équipes toujours plus nombreuses dans les grandes entreprises technologiques comme Alan.

Cela pourrait ne pas fonctionner pour toutes les entreprises technologiques, car la culture interne d’Alan est assez particulière. Tout est écrit et entièrement transparent avec des enregistrements réguliers des coéquipiers. Néanmoins, il s’agit d’un exemple pragmatique de l’impact réel de l’intelligence artificielle sur les perspectives financières d’une entreprise technologique en phase de croissance.

Le toit du bureau d'Alan

Le toit du bureau d’Alan. Crédits images : Alain

Code promo SCHOOL20

Laisser un commentaire

%d