Nouveaux pouvoirs d’amende de la SRA : votre cabinet d’avocats est-il prêt ?


La protection des fonds des clients est primordiale pour les cabinets d’avocats. À mesure que la technologie progresse et que l’information continue de circuler dans les espaces numériques, il devient de plus en plus difficile d’identifier et de prévenir les activités de criminalité financière. Des recherches récentes montrent que 75 % des cabinets d’avocats britanniques ont été victimes d’une cyberattaque au cours des 12 derniers mois, dont plus des trois quarts concernent des comptes clients. C’est pourquoi les cabinets d’avocats sont plus que jamais préoccupés par leur profil de sécurité et de risque.

Des appels ont été lancés à l’échelle du secteur pour introduire des protocoles méticuleux pour le traitement des données sensibles des clients et pour évoluer vers une gestion des finances avec des solutions numériques sécurisées. L’un des principaux moteurs de cette évolution a été l’introduction du Autorité de réglementation des avocats (SRA) des pouvoirs d’imposition d’amendes renforcés, ainsi que le soutien aux mouvements des régulateurs du secteur tels que le nouveau régime de devoirs de consommation de la Financial Conduct Authority (FCA). Les contraintes réglementaires se resserrent, ce qui incite les cabinets d’avocats à réévaluer leurs structures opérationnelles dans leur ensemble, en mettant fortement l’accent sur leurs processus de paiement et les manières de gérer l’argent de leurs clients.

Alors que le paysage des risques pour le secteur continue de devenir de plus en plus précaire, les sanctions existantes de la SRA en cas de violation de ses règles comptables – qu’il s’agisse de blanchiment d’argent, de dissimulation inappropriée d’actifs ou d’utilisation de comptes clients comme services bancaires – ne suffisent plus. Le pouvoir des régulateurs des services juridiques a été renforcé pour résoudre les problèmes et renforcer la confiance du public dans les entreprises. C’est pourquoi une nécessaire répression de la gestion de l’argent des clients est en cours, signalant qu’un changement se profile à l’horizon.

Gestion de l’argent des clients : une pratique en voie de disparition

Depuis août 2023, la base du Royaume-Uni taux d’intérêt est passé de 0,1 % en 2021 à un taux stupéfiant de 5,25 %. Cette augmentation substantielle a ouvert de nouvelles opportunités aux cabinets d’avocats de gagner des intérêts importants en détenant d’importants soldes résiduels dans leurs comptes clients. Cependant, le changement du paysage financier s’accompagne de près par l’œil vigilant du SRA, qui a averti les entreprises qu’elles doivent payer une somme « juste » d’intérêts retourner aux clients ou faire l’objet d’une enquête.

Les réglementations révisées de la SRA englobent un cadre dynamique de réglementations anti-blanchiment d’argent (AML) et de règles de connaissance du client (KYC). Celles-ci visent à guider les cabinets d’avocats dans la protection de leurs clients et à prévenir la criminalité financière, et sont appliquées par l’autorité pour pénaliser les cabinets avec des amendes substantielles ou des conséquences encore plus sévères, telles que des accusations criminelles. Bien que ces règles soient en vigueur depuis plusieurs années, le dernier rapport annuel de la SRA sur la lutte contre le blanchiment d’argent a clairement indiqué que les cabinets d’avocats ne sont pas encore pleinement au courant de ces exigences. Seuls 30 % des cabinets d’avocats sont entièrement conformes, et 51 % ne le sont que partiellement. Il existe un déficit croissant de connaissances dans le secteur juridique en matière de criminalité financière, alors que des activités criminelles de plus en plus complexes continuent de se dérouler – notamment avec l’aide de technologies telles que l’IA.

Cependant, la diligence raisonnable est une procédure très standard pour un cabinet d’avocats, que ce soit au moment de l’intégration d’un client ou à la toute fin d’une transaction pour vérifier les parties transactionnelles. Étant donné qu’il s’agit d’un pilier de l’activité BAU d’un cabinet d’avocats, il est préoccupant que plus des deux cinquièmes des cabinets d’avocats britanniques (42 %), a indiqué que la diligence raisonnable est l’un des aspects les plus chronophages de la gestion des fonds et des paiements des clients. Les processus de réalisation doivent être rigoureux pour garantir une gouvernance correcte et des précautions pour prévenir le blanchiment d’argent ou les cyber-risques. Cependant, les équipes juridiques devraient s’appliquer à effectuer un travail juridique plutôt qu’à remplir des formalités administratives.

Avec les nouvelles réglementations désormais mises en place, une question cruciale vient à l’esprit : comment les cabinets d’avocats peuvent-ils naviguer dans les limites changeantes fixées par les régulateurs tout en répondant aux besoins pressants des clients qui recherchent à la fois rapidité et sécurité dans leurs transactions juridiques ?

Le temps, c’est de l’argent

Le partenariat avec un fournisseur de paiement est devenu une solution intéressante pour de nombreux cabinets d’avocats afin de contribuer à alléger le fardeau de la réalisation de transactions complexes et d’effectuer des paiements. Près de la moitié (49 %) des principaux cabinets d’avocats au Royaume-Uni déclarent désormais engager un agent payeur/ fournisseur de dépôt fiduciaire (25 %) ou partenaire bancaire (24 %) pour gérer les paiements des clients.

Bien que faciliter les paiements via un agent payeur ou détenir des fonds dans des dépôts séquestres soient des options de longue date permettant aux équipes juridiques de gérer les paiements des transactions, elles deviennent désormais encore plus courantes pour les cabinets d’avocats basés au Royaume-Uni à la lumière des mises à jour réglementaires de la SRA. Des départements tels que les fusions et acquisitions, l’immobilier, le contentieux et la chaîne d’approvisionnement ont été les premiers à en constater de réels avantages, mais il existe des applications de grande envergure dans le domaine juridique.

Un élément clé de ces transactions qui accroît la complexité du flux de transactions est la répartition internationale des parties transactionnelles. Non seulement ces transactions mondiales nécessitent une diligence raisonnable accrue, mais elles ont également besoin de devises. En s’associant à des prestataires de paiement tiers, les équipes juridiques ont accès à des réseaux de paiement mondiaux et à une expertise financière, rationalisant ainsi les flux de fonds internationaux pour elles et leurs clients.

Alors que le paysage des risques devient de plus en plus tendu, les cabinets d’avocats doivent mettre à jour leurs processus de paiement et externaliser la gestion de l’argent de leurs clients. Ce changement réduit non seulement la charge administrative de tâches telles que la gouvernance et la supervision, les évaluations des risques, la surveillance des transactions et le reporting des activités suspectes, permettant aux équipes juridiques de réduire les risques et les tâches chronophages qui drainent de précieuses ressources.

S’adapter à l’ère moderne

Dans le secteur juridique, la tradition et les pratiques héritées sont depuis longtemps la marque distinctive de l’industrie. Cependant, à mesure que la technologie évolue et que les attentes des clients deviennent de plus en plus complexes, les cabinets d’avocats se trouvent à la croisée des chemins. Pour prospérer et rester compétitives, elles doivent s’orienter vers l’efficacité opérationnelle et l’optimisation des ressources, sous peine d’être laissées pour compte.

Dans ce paysage en évolution, le temps est à la fois une denrée précieuse et un actif financier, et la manière dont les cabinets d’avocats gèrent ces deux éléments est en train de se transformer. Les projecteurs sont désormais braqués sur les professionnels du droit en raison des évolutions réglementaires. Il n’a jamais été aussi clair que les approches conventionnelles du passé ne suffisent plus pour gérer les comptes clients. L’ère numérique a entraîné une augmentation des menaces de cybersécurité, le spectre de la fraude et des flux de fonds de plus en plus complexes, obligeant les cabinets d’avocats à réévaluer la manière dont ils peuvent rationaliser les processus chronophages tout en continuant à répondre aux demandes de leurs clients.

En conséquence, les cabinets d’avocats se tournent de plus en plus vers des prestataires de paiement tiers pour simplifier la complexité de la gestion de l’argent des clients. La technologie offre la promesse d’un changement notable dans la structure opérationnelle des services juridiques. Il s’agit d’un appel lancé aux cabinets d’avocats pour qu’ils fassent leurs adieux aux anciennes méthodes et adoptent les nouvelles.

Gardez une longueur d’avance sur la courbe financière avec nos dernières mises à jour sur l’actualité Fintech !

https://fintecbuzz.com/wp-content/uploads/2024/01/Andrew-1.jpg
Andrew Hawkins, PDG, Royaume-Uni et Europe chez Shieldpay

Andrew Hawkins est directeur général pour le Royaume-Uni et l’Europe de Shieldpay, le partenaire de paiement B2B pour les services juridiques. Dans son rôle, Hawkins dirige la stratégie de développement de l’entreprise au Royaume-Uni et en Europe, en mettant fortement l’accent sur l’innovation technologique. Hawkins a rejoint Shieldpay en tant que CTPO et possède plus de 25 ans d’expérience technologique dans les domaines des services financiers et de la technologie, dont sept ans chez Microsoft avant d’occuper des postes de direction chez HSBC et la banque challenger licorne Zopa.

jQuery(document).ready(function($) $(‘.interview-toggle h6 a’).click(function() $(‘.interview-toggle p’).slideToggle(); $(‘.interview -toggle h6 a’).toggleClass(‘interview-arrow’); ); );

L’article Nouveaux pouvoirs d’amende de la SRA : votre cabinet d’avocats est-il prêt ? est apparu pour la première fois sur FinTecBuzz.



Code promo SCHOOL20

Laisser un commentaire

%d