Piles technologiques bancaires : entretien avec Jamie Burink – Fintech Review


Les technologies bancaires de pointe révolutionnent les services financiers. Ces infrastructures modernes offrent des solutions évolutives qui garantissent efficacité, sécurité renforcée et expériences utilisateur personnalisées. À mesure que ces technologies évoluent, les institutions financières se positionnent pour offrir à leurs clients des services plus innovants, plus réactifs et plus transparents. Mais que se passe-t-il réellement ? Fintech Review a posé quelques questions à ce sujet à Jamie Burink, Business Head chez Fyndoo by Topicus, notamment dans le cadre de l’annonce de la fusion avec Five Degrees.

Parlez-nous-en plus sur Topicus. Quel est votre argumentaire éclair ?

Photo de Kris Lucas sur Pexels.com

En tant que développeur de plateformes avant-gardiste et indépendant, nous créons des plateformes de services progressives et exceptionnelles pour nos clients du monde de la finance, de la santé, des services sociaux et de l’éducation. Notre objectif est d’aider nos clients à remodeler et à améliorer leur service à leurs clients, afin d’ajouter de la valeur à l’humanité et à la société.

Quel est votre parcours et l’histoire derrière l’entreprise ?

Quant à moi, je suis chez Topicus depuis 2008. Depuis 2015, j’occupe le poste de Head of Fyndoo by Topicus. Topicus a été fondée à la fin du siècle précédent, en se concentrant essentiellement sur ce que nous appelons les « solutions de marché vertical » (VMS). Il s’agit principalement de solutions technologiques qui incluent une connaissance approfondie du domaine. Dès le début, Topicus a démontré sa capacité à réaliser des chiffres de croissance organique impressionnants. Je suis convaincu que nous réinnovons continuellement nos solutions, ce qui nous permet d’ajouter de la valeur en permanence. Nous agissons selon le principe selon lequel nous n’essaierons pas de résoudre les problèmes d’hier, mais cherchons à créer des solutions pour les défis de demain.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la fusion avec Five Degrees ?

La fusion avec Five Degrees marque pour nous un moment charnière dans le domaine de la technologie financière.

une pièce d'échecs noire séparée des pièces d'échecs du pion rouge
Photo de Markus Spiske sur Pexels.com

Pendant longtemps, les institutions financières disposaient de deux options pour façonner leur configuration technologique. La première est que vous optez pour un parti établi, un logo bien connu qui existe depuis des années. Il n’y a rien de mal à cela, ils ont l’expérience donc cela finira par fonctionner pour vous aussi. C’est un choix sûr, mais voici le problème : votre mot à dire est généralement très limité et vous risquez de vous retrouver coincé avec une technologie obsolète.

La deuxième option consiste à faire affaire avec un nouveau venu sur le marché. Ils sont très avides de succès et disposent des technologies et des infrastructures les plus récentes. Le mauvais côté? Parfois, leur solution n’est pas encore entièrement prête et ils s’appuient fortement sur des capitaux provenant de parties externes telles que des investisseurs en capital-risque ou en capital-investissement. Vous pouvez comprendre qu’une telle approche comporte des risques, surtout si l’on considère les horizons généralement limités des investisseurs.

Changeur de jeu

Mais c’est ici que nous intervenons pour changer la donne. Nous pensons qu’il est temps d’avoir un nouveau type de joueur, un joueur qui combine le meilleur des deux. Avec l’acquisition de Five Degrees, Topicus est en mesure de connecter les différentes solutions que nous avons développées pour le secteur des services financiers avec une pile fintech de bout en bout. Ce faisant, Topicus peut défier et défiera les fournisseurs de technologies financières en place dans le secteur pour lequel il semble que leur emprise sur le marché soit incassable.

Five Degrees et Topicus disposeront ensemble des ressources, de l’infrastructure et de l’empreinte pour le faire ; y compris des bureaux en Islande, au Portugal et au Vietnam. Nous savons à quoi devraient ressembler les banques de premier et deuxième niveaux. En effet, nous travaillons avec ces prestataires de services financiers depuis plus de dix ans et connaissons les tenants et les aboutissants du secteur. Grâce à notre plateforme, les banques et autres prestataires de services financiers pourront évoluer, évoluer et se développer à un rythme nettement plus rapide. Tout en réduisant les risques, nous utilisons des composants et des technologies testés dans des environnements réels.

Quelles sont les grandes tendances en matière de stack technologique bancaire ?

Les banques visent à anticiper les demandes du marché au rythme d’une fintech, comme l’attendent leurs clients. Cependant : ces mêmes FSI sont aux prises avec les limites de l’informatique traditionnelle. Il s’agit d’un défi auquel nous avons vu – pendant un certain temps – les banques répondre par une stratégie (technologique) de bricolage. C’est assez génial car ils partent de zéro, ce qui ouvre la porte à toutes sortes d’initiatives innovantes. Lorsque vous construisez à partir de zéro, les possibilités semblent infinies, n’est-ce pas ?

photo vue de dessus du clavier blanc
Photo par Olena Bohovyk sur Pexels.com

Cependant, passer au niveau de l’entreprise, créer une technologie sécurisée, se préparer à toutes les exigences réglementaires, telles que la confidentialité et les certifications qui l’accompagnent, s’avère être un jeu de balle différent, sans parler de sa maintenance. Il semble donc que les banques peuvent difficilement inclure ces initiatives dans leurs processus essentiels à leur mission, au cœur de leur mission. Il semble donc que ce soit à son retour.

Nous voyons donc la « stratégie de réutilisation avant d’acheter avant de construire » faire progressivement son retour. Mais cette fois-ci, il y a une touche moderne. Il s’agit d’adopter une technologie flexible et capable de s’adapter au paysage en constante évolution du secteur financier. Il s’agit de faire face aux yeux vigilants des régulateurs, de plonger dans le monde de l’ESG et de poursuivre ces objectifs de zéro émission nette.

Où voyez-vous l’évolution de l’industrie et comment réagissez-vous à ces changements ?

Une banque doit être capable d’anticiper plus rapidement l’évolution des circonstances et les attentes des clients. Les caprices du régulateur ne devraient plus dominer l’agenda informatique ; nous devons nous recentrer sur le client. Je pense que les banquiers devraient se demander fréquemment ce qu’ils ont amélioré pour leurs clients et quand. Cela nécessite des systèmes capables de le faire. Cloud et SaaS sont les mots-clés ; nous devons nous appuyer sur une infrastructure qui facilite, et non restreinte. Les avantages supplémentaires sont évidents : les fournisseurs de cloud offrent beaucoup de choses prêtes à l’emploi. Pourquoi redévelopper ce qui est déjà disponible et de très bonne qualité également ?

D’autres innovations en fintech ailleurs qui vous semblent intéressantes ?

technologie bancaire du futur
Photo par Alexis Caso sur Pexels.com

Pour en citer quelques-uns :

  • ESG est la priorité numéro 1, 2 et 3 des institutions financières. Tout le monde s’accorde sur la nécessité d’aligner les flux financiers sur les objectifs de durabilité. C’est une transition massive qui touche tous les domaines.
  • Services financiers intégrés et surtout le principe d’achat immédiat, de paiement plus tard, est déjà en hausse et devrait connaître une croissance exponentielle dans les années à venir. Cependant, à mesure que ce domaine se développe, il se heurte également à des défis qui doivent être relevés pour garantir une approche adaptée et responsable en matière de prêt. Après le B2C, le B2B « acheter maintenant, payer plus tard » est également en hausse. Il offre une nouvelle alternative aux entreprises en quête de financement. D’autres développements sont déjà en cours, par exemple l’électricité pour les véhicules électriques (ou le carburant) est payée par votre véhicule lui-même !
  • IA générative dans le secteur bancaire sera bien sûr intéressant. L’IA est déjà présente depuis un certain temps, par exemple dans la gestion du risque de crédit. Le marché mondial de l’IA dans les technologies financières devrait atteindre la somme incroyable de 26,67 milliards de dollars d’ici 2026. L’IA transformera l’écosystème financier en offrant un large éventail d’opportunités. Cela comportera également des défis, il suffit de regarder certaines banques qui arrêtent temporairement l’IA. C’est un domaine dans lequel les acteurs financiers cherchent encore des moyens de le faire de manière responsable, afin d’éviter que la réputation, sur laquelle le secteur a travaillé si dur ces dernières années, n’implose à nouveau complètement.
Code promo SCHOOL20

Laisser un commentaire

%d